Artisanat

 

Le passé pas si lointain, celui de nos pères et grands-pères », a laissé de grandes traces de la créativité et de l’amour pour leur travail. Les «boutiques», comme on les appelle communément, ont couronné et nourri notre imaginaire d’enfance, laissant de vastes souvenirs qui dans le temps ont été transformées en créativité, d’où l’art de faire a été cultivée et développée en nous.

En repensant au passé, ou tout était harmonie: le claquement du marteau du forgeron, la chanson du carter, le chant des extracteurs d’essence qui provenait des entrepôts pour le traitement des agrumes, le bruit des singsongs des femmes qui travaillent au métier à tisser, et les longues soirées devant le brasier. Le long des cours d’eau, le bruit de la meule qui moud le blé ou celui du moulin tourné par la mule pour les olives et dans tout le quartier, l’odeur du moût …

(Extrait du “Dialogue avec des pierres” du livre de Mariano Pietrini)